Sport

Les moqueries contre Unai Emery, symptôme de la médiocrité du football français – Slate.fr

Les moqueries contre Unai Emery, symptôme de la médiocrité du football français – Slate.fr

Temps de lecture: 6 min
Quelques jours avant de disputer sa quatrième finale d’Europa League (trois avec Séville, avec Arsenal cette fois-ci), l’entraîneur espagnol Unai Emery, passé par le Paris Saint-Germain entre 2016 et 2018, s’est confié au quotidien El Mundo et en a profité pour partager une observation qui a fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux et les plateaux spécialisés: «Quand je suis arrivé à Paris, j’ai essayé de parler français. Et la réponse, sarcastique, était que je ne le parlais pas bien. À Londres, j’utilise un anglais très basique et tout le monde me sourit et me remercie d’avoir essayé.»Une déclaration qui détonne dans le monde ultra-policé de la communication des acteurs du football où chaque mot est soigneusement pesé. Si Emery a ressenti le besoin d’exprimer cette vérité, c’est qu’il pense qu’il est nécessaire que nous, Français, l’entendions et y pensions. Faisons, donc.Pêché originelLe 4 juillet 2016, jour de la présentation officielle d’Unai Emery comme nouvel entraîneur du PSG, le club francilien commet une première maladresse: le tacticien basque est présenté en même temps que le joueur français Hatem Ben Arfa. Le joueur sort d’une très bonne saison avec l’OGC Nice et l’on croit pour une énième fois que l’attaquant a enfin lancé sa carrière à déjà 29 ans. L’attraction du jour, c’est lui. La séquence qui en restera sera sa réponse lapidaire et par l’affirmative à la question de savoir si le PSG pourra l’aider à devenir un des meilleurs joueurs du monde. Ironie de l’histoire, Ben Arfa ne disputera ensuite quasiment aucun match à Paris et partira discrètement à Rennes deux ans plus tard.Dès son premier jour à Paris Unai Emery devient un personnage secondaire. L’homme a beau arriver avec trois Ligue Europa remportées à la suite avec le FC Séville (un record), les commentaires hexagonaux préfèrent s’interroger sur la valeur véritable de la «petite coupe d’Europe» par rapport à celle de la Ligue des Champions, objectif principal du PSG. Pour rappel, cette «petite» coupe qu’Emery a remporté trois fois, aucun club français ne l’a jamais soulevée.Dans les médias généralistes, les moqueries arrivent vite: son usage approximatif du français devient le centre de toutes les attentions humoristiques. Quotidien, le talk de Yann Barthès, va s’amuser à ajouter de faux sous-titres aux propos d’Emery, en remplaçant par exemple «but» par «bite».Le running gag, déjà utilisé pour se moquer du portugais Leornado Jardim, va durer deux ans. On retiendra d’ailleurs ce commentaire de la journaliste du Monde Assma Maad en octobre dernier, qui avait fait remarquer qu’il était assez «cocasse» de voir cette même émission parler, certainement à raison, de «mépris» et de «racisme» lorsque Jean-Luc Mélenchon s’était moqué d’une journaliste toulousaine.De la remontada à l’irrespectPlus surprenant, le même genre de montage ridiculisant le français d’Unai Emery (et de Jardim) est apparu
Read More

Related posts

Joel Embiid is back on social media and better than ever – NBCSports.com

news-world.biz

Vandals destroy half of Jeremy Newberry’s 4,000 cherry trees – NBC Sports

news-world.biz

OL : Juninho dit non à ce big transfert au mercato ! – Foot01.com

news-world.biz

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More